Afficher la navigation

Avocat en droit de visite, garde d'enfants à Aix en Provence

Lorsque les parents se séparent, ces derniers prennent en général le soin de fixer un droit de visite et d'hébergement pour le parent chez qui l'enfant ne réside pas de manière habituelle.

Dans ce but, les parents prennent contact avec un avocat spécialisé en droit de la famille de manière à être conseillés dans les choix à faire.

L'avocat spécialisé en droit de la famille à Aix en Provence, conseil privilégié dans l'exercice du droit de visite et de la garde de l'enfant, expliquera dans un premier temps aux parties que le droit de visite et d'hébergement a pour but de permettre au parent qui n'a pas l'enfant de manière habituelle, de le voir chaque fin de semaine, et la moitié des vacances scolaires.

Cette notion de droit de garde, concerne tant les époux mariés que ceux qui ont seulement vécu maritalement, c'est-à-dire hors des liens du mariage.

L'avocat spécialisé en droit de la famille pourra proposer aux parents un droit de visite et d'hébergement sur lequel ils pourront s'accorder de manière amiable, permettant au juge aux affaires familiales de le valider sans discussion.

Ainsi, grâce au conseil de leur avocat spécialisé en droit de la famille, les parents seront guidés dans les modalités du droit de visite, et du droit de garde du parent chez lequel l'enfant ne réside pas.

C'est le juge aux affaires familiales qui homologuera l'accord des parents, en prenant toutefois soin de vérifier qu'il est conforme à l'intérêt de l'enfant.

Si les parties ne parviennent à aucun accord, et ce malgré l'intervention de leur avocat spécialisé en droit de la famille, qui tentera de les guider dans le choix de la garde la plus adaptée, le juge aux affaires familiales tranchera le sujet.

Dans ce cas, c'est le juge aux affaires familiales qui fixe les conditions du droit de visite et d'hébergement de l'enfant, du droit de garde, en tenant compte des intérêts de ce dernier.

Lorsque l'un des parents a été déchu de l'exercice de son autorité parentale, le juge aux affaires familiales lui accordera néanmoins un droit de visite et d'hébergement, qui ne peut lui être refusé que pour des motifs graves.

Si l'un des parents fait entrave au droit de droit de visite et d'hébergement, le parent lésé pourra se faire aider et assister par son avocat spécialisé en droit de la famille, pour porter plainte de manière à être entendu par le tribunal correctionnel.

Le parent responsable de l'obstruction au droit de visite et d'hébergement, tel qu'il a été fixé par un jugement, est passible de sanctions pour non représentation d'enfant.

Il est utile de préciser que le juge privilégie toujours l'intérêt de l'enfant dans le cadre de ses décisions, et peut en cas de nécessité refuser un droit de visite et d'hébergement au parent qui ne pourrait l'assumer.

Contact

Les actualités
Voir toutes les actualités


t